Lendemain de cuite  (Articles) posté le jeudi 13 novembre 2008 02:31


La vidéo ci-dessus, originellement linkée par Blunt, est une création du comédien Joe Cornish, co-créateur avec son ami Adam Buxton du show anglais Adam and Joe. Les deux compères gravitent dans la sphère de Nick Frost, Edgar Wright et Simon Pegg. Ils sont apparus dans Shaun of the Dead et dans Hot Fuzz, et Joe Cornish est censé actuellement écrire le script de Ant-Man avec Edgar Wright. En attendant, il fait le con à se moquer du dernier Bond et de son aspect 'gritty-naughty', si éloignés à son goût des frasques de Roger Moore.
Les paroles sont en bas de page, après le texte.




Sinon, à part ça, ce n’est absolument pas de Cornish dont je voulais vous causer mais de la fréquentation de ce blog, qui a fait dans la journée de lundi un petit bond remarquable (téma la tof). Avec 75 commentaires au dernier recensement, mon coup de gueule du dimanche soir intitulé Les Fifils à sa Moman semble en passe de devenir l’article le plus commenté dans la courte histoire de ce blog. Si j’avais le goût de l’audimat, je m’empresserais de comparer ces chiffres avec ceux, quatre à cinq fois moins importants, qui ont accompagné mes tentatives d’historique de la caméra portée ou mes analyses séquentielles de Spielberg. Et j’en déduirais alors qu’il vaut mieux laisser tomber la rubrique ‘Analyse’ et développer à fond la section ‘Coups de gueule’, bien plus à même de créer du remous internaute avec le trafic qui l’accompagne.


Je pense que ça peut valoir le coup de s’attarder quelques minutes sur cet incident ainsi que sur ce qui a été dit à propos de ce texte, d’autant que les commentaires se sont prolongé sur des forums annexes, m’interdisant d’y répondre.

Ce micro-évènement d’un jour, survenu au sein de la micro-communauté des ‘geeks cinéma francophones internautes forumeurs adeptes du talkback’ (ça élimine pas mal de monde) est assimilable à ce que j’appellerais, dans une analogie tout à fait personnelle, le ‘syndrome Attaque des clones’ ; ou comment un texte écrit à la va-vite, dans un style agressif et avec quelques tentatives d’humour, devient l’objet d’un mini-débat parce qu’il a effleuré une problématique qui touche tous les intervenants. Toutes les personnes ici présentes consomment du cinéma d’action contemporain et toutes ces personnes ont une histoire familiale. A partir de là, en créant un court-circuit inédit entre ces deux champs d’expérience, le texte renvoie chacun des lecteurs à quelque chose de forcément très personnel (‘Mon Dieu ! mon goût pour ces films est-il à ce point déterminé par le rapport à mes parents ?’) et cela oblige ce lecteur à se positionner, par rapport à son vécu et par rapport au groupe culturel dans lequel il évolue. Le type de lecteur dont nous parlons ici étant naturellement prompt à débattre, puisqu’il est, je le rappelle, ‘geek cinéma francophone internaute forumeur adepte du talkback’, un débat relativement passionné ne tardera pas à surgir, dans lequel les intervenants prendront position (pour, contre, 50/50) en confrontant leur ressenti et leur expérience au vaste champ qui a été suggéré par le texte ‘coup de gueule’.

De ce point de vue, le texte ‘coup de gueule’ peut être assimilé à un microbe. Si ce microbe est déjà bien connu par l’organisme ‘geek cinéma francophone’, il sera immédiatement absorbé et anéanti (en langage internaute, on appelle cela un ‘troll’ et il est aussitôt absorbé par des ‘wuz here’). Mais si ce microbe propose une caractéristique inédite, le court-circuit qu’il déclenche au sein de l’organisme va générer la création d’anticorps spécifiques, durant une période de crise plus ou moins longue. Ces anticorps sont les termes du débat qui a lieu. Ils permettent à chaque intervenant de tester la validité du problème (donc d’identifier les composantes du microbe) et dans le meilleur des cas lui offre la possibilité d’une introspection qui affirme sa propre stabilité. La période de crise passée, l’organisme ‘geek cinéma francophone’ retrouvera son équilibre. Il se verra doté d’un nouveau mécanisme de défense, qui se déclenchera automatiquement si un microbe par trop similaire pointe un jour son nez. (et comme le Dieu des Geeks adore la synchro, figurez-vous que, quelques heures après avoir écrit ce texte, je me suis chopé un vrai microbe. Cela fait trois jours que je me traîne une sale grippe)

Ca c’était le bon côté des choses. Voyons maintenant le mauvais.

Si le genre de diatribe dont je me suis rendu coupable peut effectivement déclencher le débat, elle contribue aussi à poser de sérieuses limites. Je vous renvoie tout d’abord vers l’intervention de Sam Spade, qui tout en se chargeant de rappeler qu’il s’agissait là d’un ‘coup de gueule’, a également tenté de résumer ce qui constituait selon lui un problème dans l’étude de la réception des films. Pourtant, lorsque Sam affirme avec prudence : ‘Attention je dis pas que Rafik nous emprisonne dans une posture et dans une interprétation...’, je ne suis pas loin de penser au contraire que ‘Si, justement’ !

Le texte en question n’étant pas une analyse, il ne s’embarrasse pas des outils d’étude qui permettent l’analyse. Il n’y a là aucun effort d’objectivité puisque je ne me réfère à aucun chiffre, à aucune étude préalable ; je ne délimite pas le genre de films sur lesquels je vais m’attarder, ni la période, ni le système de production, ni des éléments sociologiques extérieurs à l’organisation de la famille. Je choisis les éléments que je vais mettre en scène afin d’y glisser l’analogie que j’ai en tête (comme beaucoup d’intervenants l’ont constaté). C’est le propre de la chronique, du ‘coup de gueule’ ; c’est le propre du ‘billet d’humeur’. On pourra alors allègrement pointer du doigt mon manque ‘d’honnêteté intellectuelle’, il n’y a pas d’honnêteté qui tienne puisque ce genre d’exercice est soumis à la dictature de celui qui écrit le texte, écartant ou contournant tous les obstacles qui l’empêcheraient d’atteindre son but. Ici, la mauvaise foi n'est qu'affaire d’appréciation. Dès lors, même si l’expérience de tout un chacun ne correspond pas forcément à ce qui est décrit dans le texte, c’est tout de même dans ce cadre bien délimité, dans ce carcan, que se feront les prises de position. Lord-of-babylon fera le constat qu’il aime les gros seins et les minous rasés mais qu’il déteste le dernier James Bond, et il se demandera où cela le situe. LMD ira chercher des textes passés où je chantais les louanges des comédiens éphèbes tels que Johnny Depp, en se demandant où se situe ma logique. Alertés par les termes que j’utilise, et les sentiments qui leur sont associés, Albundy, Tigelz, Beurk ou Jul me demanderont d’assumer ma promiscuité idéologique avec les très réactionnaires Eric Zemmour ou Alain Soral (oubliant que, contrairement à eux, je ne condamne pas l’évolution de la société, et n’en appelle pas au retour de valeurs semi-fantasmées, qui sont pour moi tombées en désuétude lorsqu’elles ont cessé d’être des valeurs pour devenir instruments d’oppression), ce qui est une façon inconsciente d’associer le carcan que j'ai créé avec mon texte par un carcan pré-existant (et donc le resserrer encore plus). Le Grand Wario commencera par affirmer ‘Je te voyais moins con que ça(comme c’est à peu près la cinquième ou sixième fois qu’il me qualifie de ‘con’, il faudra bien qu’il se décide un jour à valider ou non cette option), puis soulignera l’affreux sexisme d’un texte qui tend le bâton pour se faire battre, réagissant sans le savoir à des sentiments induits par le choix des mots plutôt qu’à une étude de la rhétorique en œuvre (puisque le texte interroge précisément une discrimination sexiste en cours de formation). Et bien sûr, beaucoup d’intervenants, ici ou sur un autre forum, ressortiront des films que j’ai toujours défendu pour les mettre à l’épreuve de cette grille de lecture. Mais quoi qu’il arrive, et j’oserais dire quelle que soit la pertinence des interventions, celles-ci demeureront fermement à l’intérieur du cercle délimité.


Il se trouve que c’est précisément ce type de ‘billet d’humeur’ qui, comme on l’a vu plus haut, provoquera l’affluence et le débat passionné. Le billet d’humeur mais pas l’analyse ! Qu’importe alors la virulence du débat, je le répète, celui-ci n’aura pas beaucoup de chances d’échapper au carcan imposé par le texte d’origine. Toutes les approximations, toutes les généralisations
hâtives de ce texte, et même ses tentatives d’humour (!) fonctionneront comme autant de balises qui délimitent l’espace du débat (à titre d’exemple, un gag pourri que j’avais fait dans ma critique de L’attaque des clones m’a valu 6 ans de remarques agacées des fans… parce que j’avais attribué une mauvaise couleur à la peau d’un alien ! Qu’importe qu’il s’agisse d’un gag pourri à la base, il devenait objet de débat).

Enfin, étant donné que j’ai moi-même délimité ce cercle, je me retrouve en position de force pour infirmer ou confirmer toutes les propositions du débat.

Je m'explique: si d’apparence un argument semble me mettre en échec (exemple : le Néo des Matrix n’incarne-t-il pas justement tout ce que tu dénonces ?) je n’ai plus qu’à tranquillement sortir du cercle que j'ai moi-même créé afin de d'aller trouver mon contre-argument ailleurs, mais cette fois-ci dans l’analyse ! Et c’est alors d’une façon plus posée et plus analytique que je tenterais de prouver, par exemple, que Néo est probablement le personnage le plus adulte que le cinéma d’action et de SF contemporain nous ait offert (ce qui d'ailleurs m’apprendra à ne pas terminer mes sites sur Matrix, puisqu’en abordant le volet Revolutions j’aurais nécessairement posé la question du Choix qui charpente la trilogie et ouvre à la pleine maturité). Bref, tout ça pour dire que ce système est bien pervers tant il apparaît qu'il offre les pleins pouvoirs à l'initiateur du texte !

 

 

Or, et c’est là où je voulais en venir, ce cloisonnement du débat par l’exercice du ‘billet d’humeur’ plus ou moins provoc’ est précisément la méthode par laquelle les grands éditorialistes de ce monde génèrent les mécanismes de la pensée unique. En toute liberté, sans aucune pression du gouvernement ou des places financières, ces éditorialistes laissent parler leurs sentiments sur la situation socio-politique, à grands coups d’approximations et de généralisations, et ils délimitent ainsi pour leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs le carcan dans lequel se déroulera le débat plus ou moins passionné. La place qu’occupe ces ‘leaders d’opinion’ dans la hiérarchie sociale, la sélection préalable qui leur a valu d’occuper cette place, fait en sorte que la carcan qu’ils délimitent ainsi dans l’opinion publique rejoint quasi-automatiquement les intérêts du gouvernement et des places financières. C’est le type de démonstration que fait très régulièrement un intellectuel tel que Noam Chomsky pour expliquer les mécanismes de ce qu’il appelle la ‘dictature douce’ des démocraties occidentales. Et c’est en étudiant ces mêmes mécanismes que Jean Baudrillard avait prophétisé, dans les années 80, que le discours paranoïaque du Front National (immigration/insécurité/chômage) finirait par délimiter le cadre du débat pour tous les partis politiques français, ce qui lui valut de se faire kicker la gueule par à peu près tous les médias et les politiques. Nous sommes aujourd’hui en plein dedans et cherchons encore la porte de sortie.

Ce qui se produit donc à notre petit niveau micro-geek est aussi ce qui pollue la parole et l’échange à un bien plus large niveau social. Si je suis coupable de déverser mes sentiments confus dans un billet d’humeur, vous êtes aussi coupables de cristalliser dessus vos propres sentiments  en réagissant et en vous positionnant à l’intérieur du territoire ainsi délimité.

Je faisais plus haut une analogie avec les anticorps, gardiens de notre système biologique, que l’on peut aisément comparer à des flics. Les anticorps du système intellectuel sont eux aussi des flics, à la différence qu’ils ne servent pas seulement à nous protéger des agressions extérieures. Ils servent aussi à empêcher la pensée de s’évader vers des territoires qui pourraient lui apparaître à priori déstabilisants ou dangereux. Ce même lundi, dans les commentaires du sujet Hellboy II, Michael, du site Internet wildgrounds.com, pointait un phénomène très intéressant, et très actuel, au sujet d’une forme d’autocensure de l’imaginaire. Après lui, Eglantine faisait remarquer que ce phénomène avait pris corps dans un échange houleux entre des forumeurs du site dvdclassik  (la preuve qu’ils sont très en colère, d'ailleurs, ils s’envoient des Djoumi à la gueule). Ce phénomène décrit par Michael, et la façon avec laquelle s'empoignent les forumeurs désignés, est en rapport direct avec tout ce qui a été évoqué dans le coup de gueule des ‘Fifils à sa moman’. Mais pour que la pensée puisse percevoir ce lien, il faut préalablement qu’elle se soit échappée du carcan qu’on avait délimité pour elle. Autre exemple, plus abordable : beaucoup de titres de films ont été cités pour confirmer ou infirmer mon ‘billet d’humeur’. Mais personne à ma connaissance n’a cité le film des frères Coen No Country for Old Men, qui pourtant évoque avec insistance la place du Père, l’héritage du western et sa confrontation avec le cinéma d’action, l’impossibilité d’Hollywood à pérenniser certaines figures héroïques etc. La raison pour laquelle ce titre n’a pas fait surface dans les échanges, alors que chacun d’entre vous connaît et apprécie sûrement ce film, réside dans le fait que le carcan que j’avais délimité interdisait cette analogie, interdisait cette libre circulation de pensées.

En conclusion : méfiez-vous de moi et, surtout, méfiez-vous de vous !

Amicalement
Rafik Djoumi

 

Discuter de cet article sur le forum de Rafik

 

 

 

Et comme promis, les paroles du clip de Joe Cornish

He's got a gun and great big man-tits
He's got jug-ears and tiny trunks
Dame Judi Dench is FURIOUS with him!
He's gone completely out to lunch

The Quantum of Solace! (The Quantum of Solace!)
I don't know what that means! (What does it mean?)

He's having flash-backs in black and white
No more raised eyebrows, no more quips
He's got the stunt team from the Bourne films
and lots of products sponsorship

The Suantum of Quolace! (The Suantum of Quolace!)
Did I get it confused? (I got it mixed-up!)

He's nearly dead or really nearly
It's much more gritty than before
No silly gadgets, just lots more fighting
with that French bloke that does parkour

The Thingy of Whatsit! (The Something of Boris!)
I forgot what it's called! (Is that what it was?)

Sometimes I wish Roger Moore would come back
with an underwater car or some kind of jetpack
or a hover-gondola and a Union Jack

Forget it, mate, it's not the '80s!
He'd rather kick you in the face!
We've got a new Bond for the naughties
because the world's a TERRIBLE place!

The Quantum of Solace! (The Quantum of Solace!)
I've written it down! (I'll remember it now!)

partager

Déposez un commentaire !

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.
Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.82.60.105) pour vous identifier.     


77 commentaire(s)

  • Louis Vuitton Outlet mailto

    ven. 31 mai 2013 10:29

    Louis Vuitton Outlet are able to easily help to make your reservations by calling their places of work or as a result of telephone or by employing their sites. If that you're visiting Concord, Clayton, Louis Vuitton Offcial Website, Louis Vuitton Outlet Store, or almost every other place around California, you will easily discover a dependable cab company. http://www.newlouisvuittonoutlet2013.com

  • Jordan 5 Retro mailto

    lun. 06 mai 2013 11:34

    They offer enhanced insures against Jordan 5 Retro sores and also pain within ankles. Even so, ensure to make a decision on some sort of connecting pair along with Grape 5s shoes by which suits the needs you have best pertaining to top grade experience although Jordan Grape 5 running. www.airjordangrape5.org

  • Coach Outlet mailto

    mer. 30 janv. 2013 08:30

    Together with numerous Coach Outlet designs as well as versions available, you are going to definitely get your carrier or it is not possible that just about any nonetheless two which will meets people's vogue feel. Buying a Coach Outlet Online that famous superstars get surely helps make females feel guaranteed, exquisite and very hot. The Coach handbag might be about the suitable choices she might create. And what else is usually more significant instead than design? http://coachoutletonlinet.tumblr.com

  • Foamposites For Sale mailto

    ven. 26 oct. 2012 11:06

    Electric-green glow soles with carbon fiber supports provide high visibility above ground and below.
    Haunted with highlights inside and out, these Foamposites are instant classic kicks for an instant classic flick.
    http://www.cheapfoampositesok.com

  • uggs on sale mailto

    jeu. 11 oct. 2012 04:51

    However," market "that even if Fernando is still the target of Inter Milan, is a very suitable candidate for Inter Milan to strengthen the midfield, http://uggsonsale.aamli.org but his price is really too expensive Porto psychological price at between 15-20 million euros. However, "market", said: "certainly is that, despite Fernando chart Boer loyalty, but if you can, then joining Inter Milan, he will still agree."

  • Cheap uggs mailto

    mar. 09 oct. 2012 03:30

    Guardiola leave Barcelona on Fabregas surprised. He said: "Guardiola since childhood idol, I was because he was wearing a No. 4 jersey. http://www.cheapuggonline.org/ Guardiola is the captain of the first team when I was 11 years old when came to Barcelona, I remember They get to celebrate the grand occasion of the 1992 Champions League trophy when Guardiola served as my coach makes me feel very proud. "

  • Coach Factory Outlet mailto

    mar. 09 oct. 2012 03:06

    If you are going to apply in layers to build a bit thicker wait about 5-6 hours between applications. Allow 24 hours before walking on the boot or shoe. It dries shiny but that will wear off once you start walking. http://www.coachoutletany.com/

  • Jordan Retro 10 mailto

    ven. 05 oct. 2012 10:47

    Air Jordan Spizike was released in October 2006. It combines all the best elements from the Jordan shoes 3,4,5,6,9 and 20 versions. This Spizike model was created expressly to commemorate Spike Lee during the Mars Blackmon period http://www.jordansretro10sale.org/ .

  • ugg boots sale uk mailto

    ven. 28 sept. 2012 04:45

    But also in Brazil, Santos winter acquisition Robinho, AC Milan are also possible in the winter signings from Brazil, "market" revealed that http://uggboots-sale-uk.webeden.co.uk/ AC Milan's number one target of the January acquisition has been finalized, Gary Jani will Hong Heijun midfield acquisition to strengthen the midfield hardness and strength, and his goal is to Sao Paulo midfielder jam Miro.

  • nike talon mailto

    sam. 08 sept. 2012 04:16

    sales Mainly because of the UF cost of goods sold (COGS) ratio lower than the wave of sales UF cost of goods sold in 2007 is RMB


ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à rafik

Vous devez être connecté pour ajouter rafik à vos amis

 
Créer un blog